08/09/2017

Vite, vite.



« C'est le dernier jour, vous venez, on va se baigner ? Oui, il fait froid, mais allez, une dernière fois ».

Le dernier jour des vacances, la dernière baignade, le dernier petit-déjeuner sur la terrasse, le dernier apéro en face des vignes. Vite, vite, il faut profiter, une dernière fois, avant de retourner dans le quotidien un peu plus fade, un peu plus pressé, un peu plus stressant. Alors, on se dépêche, on enfile très vite les maillots de bain, on attrape la serviette aux jolies couleurs estivales, et puis on sort. On affronte courageusement le mistral, oui, il fait froid, oui, on a un peu la chair de poule, mais bon, c’est la dernière journée de vacances. On rigole nerveusement en trempant les pieds dans la piscine. « Elle est vachement plus froide qu’en début de semaine, non ? – Oui, mais allez, on se baigne ». Alors, avec bravoure, on immerge son corps (plus ou moins rapidement, selon si l’on craint le froid), et on fait quelques brasses. C’est froid (certes, un peu moins froid que la mer bretonne, notre grande piscine à nous) mais tout de même. Les membres un peu engourdis, on jette un dernier coup d’œil aux montagnes qui encadrent les vignes. C’est beau quand même, dis, tu ne trouves pas que c’est beau ? 

Les derniers jours de vacances ont toujours ce parfum de hâte, d’empressement, de « carpe diem » hyperactif. On s’efforce de faire en deux jours une sorte de condensé de tout ce que l’on a pu vivre durant la semaine. On essaye vainement de repousser la fin des vacances, et on profite intensément, parce que l’on sait que le retour sera long, la reprise un peu douloureuse, et le quotidien moins ensoleillé. Les derniers instants d’oisiveté totale - ou presque - nous permettent, au fond, de prendre conscience de la chance que l’on a eue. Quand même, c’est un luxe de voir défiler le temps, tu ne trouves pas ?

Le corps et le cœur heureux, presque prêts à affronter cette nouvelle année. C’était bien, c’était ensoleillé. Maintenant, il faut rentrer.

04/09/2017

Coeur ouvert.


Ce n’est pas toujours facile de parler de soi sur un blog, de s’ouvrir de façon publique, et de rester dans une logique de sincérité, d’honnêteté et d’humilité. Ce n’est pas facile non plus de dire à des inconnu-e-s : « je me suis trompée, je pensais que ce que je faisais était la chose à faire, finalement, je me rends compte que je me suis perdue, perdue de vue, perdue tout court ». Et pourtant, c’est ce que je m’apprête à faire ici, très maladroitement, et très timidement.

23/08/2017

M1, M2, mémoire et grosse galère



En juin dernier, j'ai passé ma soutenance, j'ai validé mon M2 et j'ai ainsi pu mettre un point final à ces deux années de master. Ce furent deux années excessivement fatigantes, stressantes, et en ce qui me concerne, peu réjouissantes. J'ai bien conscience que pour d'autres personnes, ces années peuvent être merveilleuses, et peuvent se présenter comme la découverte du monde de la recherche et le sentiment que c'est l'univers dans lequel on veut évoluer, mais pour moi, ce ne fut pas le cas. Je ne regrette pas d'avoir fait ces deux années, elles étaient nécessaires pour pouvoir passer le concours de l'agrégation externe, mais j'aurais aimé être mieux préparée. Pendant deux ans, j'ai en effet eu le sentiment de me laisser porter (ou plutôt emporter) par la quantité de travail à fournir, et surtout par cette exigence d'indépendance et d'autonomie que l'on attend des étudiant-e-s. Je ne pense pas détenir les clés permettant de vivre ces deux années de façon complètement apaisé-e, mais je pense que mon expérience peut vous donner une idée de ce qui vous attendra durant ces deux années.

04/08/2017

De jolies choses “culturelles” à mettre dans votre valise !

Je m'y prends peut-être un peu tard, compte tenu qu'on débute le mois d'août, mais après tout, l'été dure jusqu'au 21 septembre, alors pourquoi ne pas vous présenter, dans un petit article, une sélection de romans, BDs et podcasts pour (prolonger un peu) l'été ?

21/06/2017

À venir, avenir


Ces derniers mois, j'ai grandi. Je ne suis plus la jeune fille que j'étais en octobre dernier. Pour la première fois, je ne me sens pas étrangère à moi-même. Je n'ai plus cette petite voix enfouie qui me dit "mais, Blanche... à quoi tu joues ? ce n'est pas toi ça...". Non, tout va bien, je me sens en harmonie avec moi-même. Je me sens apaisée. 

19/04/2017

J'en vois le bout !



En ce moment, je manque de temps. Je manque de temps pour moi, je manque de temps pour travailler, je manque de temps pour profiter de mes proches, je cours après la moindre minute. Je suis dans la dernière ligne droite de mon mémoire (dernières relectures et rédactions de mon intro ainsi que de ma conclusion), et je n'ai qu'une hâte : passer à autre chose. Ça fait bientôt deux ans que je me répète la même chose : vivement que ces études prennent fin. Je crois que le temps est venu d'être claire avec moi-même et d'essayer de poser des mots sur ce sentiment.

08/03/2017

J'ai déménagé mon blog !



Mais, mais, mais Blanche… qu’est ce que c’est que ce nouveau blog ? Pourquoi tu n’es plus sous Wordpress, c’était quand même vachement plus beau, non ? Pourquoi bouger, ça va être perturbant ? Non ?

Bon, peut-être que vous n’êtes pas réellement en train de vous demander ça, ou peut-être que vous vous en fichez ou peut-être encore que je parle seule (la loose). Je pensais qu’il était quand même important de faire un petit article pour vous expliquer pourquoi j’avais déménagé le blog (d’ailleurs, beaucoup de choses sont encore en cours de « travaux », donc s’il vous plaît : ne m’en voulez pas), je ne me voyais pas revenir comme une fleur avec un nouvel article « lecture » sans expliquer le pourquoi du comment.

09/02/2017

Une promesse - Sorj Chalandon



Ça faisait très longtemps que je ne m’étais pas mise devant mon clavier d’ordinateur après une lecture pour en faire un compte-rendu (et puis, accessoirement, ça fait un petit bout de temps que je ne vous ai pas publié d’articles ici…). Aujourd’hui je reviens donc pour vous parler d’un roman qui m’a touchée et émue, mais je dois vous prévenir : ce n’est pas un roman « feel-good » (même si, dans une certaine mesure, il permet de mettre des mots sur des émotions parfois insaisissables).

13/01/2017

Tout doucement, réouvrir la porte

ma-semaine-en-images

Ça fait très longtemps que j’ai envie de vous écrire, seulement, à chaque fois que j’ouvre un fichier Word et que je commence à taper sur mon clavier, je suis envahie d’une vague de remords, de culpabilité, et d’imposture. Après tout, qu’ai-je à dire de réellement intéressant ? Comment puis-je justifier mon absence de plusieurs mois ? Est-ce que, finalement, je ne serais pas un peu égoïste ?

14/10/2016

Reprendre le rythme

lete-se-marque-non-moins-par-ses-mouches-et-moustiques-que-par-ses-roses-et-ses-nuits-detoiles

J’ai beaucoup de mal à commencer cet article, j’ai beaucoup de mal à trouver mes mots, et j’ai surtout beaucoup de mal à me dévoiler de la sorte. Ça fait quelques semaines que je commence à écrire, puis que j’efface tout d’un coup, et que je ferme rageusement mon ordinateur. Aujourd’hui, c’est avec un mug de thé au caramel et deux carrés de chocolat au riz croustillant que je prends mon courage à deux mains pour vous parler un peu de moi, et de ce qu’il se passe dans ma vie.